IMG_5376

Le vendredi 19 avril 2013 à midi, dans un petit restaurant de Tokyo, je dégustais tout particulièrement ce qui devait être ma dernière nourriture consistante avant 3 jours, à savoir un bon bol de ramen au bouillon d’os de porc… En effet, quelques heures plus tard, Yoko et moi prenions le bus pour Gotemba, petite cité au pied du Mont Fuji, afin de suivre une session de jeûne Arigato Zen…

Arrivés à 17h, nous retrouvions Soho Machida et Chisato Sakai dans le hall de l’hôtel. Retrouvailles chaleureuses, car nous ne nous étions pas vus depuis décembre 2012, à l’occasion de la séance d’Arigato Zen à Blois. Nos affaires à peine posées dans la chambre, nous filons dans la grande salle de réunion à 18h précise pour retrouver les 40 autres « stagiaires ». La salle est immense, recouverte de tatamis avec des coussins formant un grand carré sur lesquels nous nous asseyons, en seiza ou en tailleur.

 

IMG_5406

 

Chacun des participants est invité par Soho Machida à se présenter et à donner sa motivation personnelle pour cette session de jeûne. Les raisons de chacun sont assez différentes, avec parfois une recherche spirituelle, mais bien souvent avec plutôt une recherche bien pragmatique de perte de poids ! Les participants viennent de tous les coins du Japon et je suis le spécimen exotique de la bande en venant de France ! Heureusement, Yoko est à mes côtés et peut me traduire les propos échangés.

 

  

 

 

IMG_5549

  Soho Machida nous parle alors de la représentation de Kannon qui est mise à l’honneur derrière lui, dessin lumineux de la déesse de la miséricorde réalisée par une dessinatrice de Fukushima, présente pour cette session de jeûne. Puis vient le moment d’une prière bouddhiste, le sutra du coeur, qu’on répétera au début des 2 jours suivants. Bien qu’ayant le texte sous les yeux, je n’en comprends pas du tout le sens mais je suis déjà pris par la résonnance des sons repris en rythme par toute l’assistance. Et, c’est pour moi l’occasion de revoir mon alphabet japonais en hiragana en essayant de suivre le rythme ! Il faut noter que le Soho Zen que propose Soho Machida est bien sûr basé sur une pratique bouddhiste zen, mais qu’il est ouvert à toute sensibilité et ne procède d’aucun prosélytisme religieux.

IMG_5507

Vient ensuite la séance d’Arigato Zen en 4 parties, à peu près similaire à celle que j’ai déjà pu pratiquer par 2 fois en France, à Paris puis à Blois. Tout d’abord, 10 minutes d’ « exercice respiratoire », où chacun se concentre sur sa respiration ventrale, en inspirant par le nez, gonflant d’abord les poumons puis l’abdomen, puis en expirant lentement en vidant poitrine et ventre en soufflant entre les dents, langue collée au palais, dans un sifflement naturel.

 Au signal de la cloche, après avoir écouté Soho Machida qui nous demande de nous concentrer sur notre propre famille, de façon positive et dans le but d’en remercier les membres que l’on veut, commence la partie « Gratitude Nembutsu » où à chaque expiration il faut prononcer une syllabe du mot « Arigato » qui signifie « merci » en japonais. Les mains, qui étaient posées sur les genoux dans la première partie, sont alors jointes devant soi comme pour prier. Chacun des participants respirant à son propre rythme, le chant devient envoûtant, les vibrations sonores se transmettent à tout le corps. Aux 4 syllabes « A-Ri-Ga-To », Soho Machida nous demande de rajouter le son « U » (prononcer « Ou »), suite à la recommandation  d’un médecin chinois de sa connaissance. Les sons prononcés deviennent donc « A-Ri-Ga-To-U » !

Un nouveau coup de cloche nous indique la fin de cette 2ème partie et le début de la suivante, où nous posons nos mains sur nos genoux et continuons à « chanter Arigato » en serrant les dents pour murmurer les syllabes en « mmmmh ».

 

IMG_5514

Pour terminer, Soho Machida nous fera répéter cette dernière séquence en position allongée sur le dos.

Les autres participants ne semblent pas souffrir de la position en lotus ou semi-lotus, mais je suis personnellement obligé d’alterner parfois avec la position en seiza pour « dégourdir » mes jambes.

IMG_5472

Chisato Sakai, l’assistante de Soho Machida, nous présente alors notre dîner : un 1 bol de thé et, pour les plus gourmands, la possibilité de prendre une pincée de sel ou de sucre dans sa main pour l’avaler.

Vers 22h, les participants rejoignent leur chambre avec instruction de dormir au plus vite, car le lever se fera à 6h. Après avoir pris un bon bain chaud dans le onsen de l’hôtel, j’ai un peu de mal à m’endormir en pensant à la boîte de pâté Hénaff enfouie au fond de ma valise. Mais la petite boîte bleue et rose n’est là que pour rendre encore plus intense l’épreuve du jeûne, j’ai décidé de ne pas y toucher !

IMG_5426

Le samedi matin, à 6h30 précise, nous faisons une nouvelle séance d’Arigato Zen avant de pouvoir déguster notre thé avec sel et sucre à volonté, mais avec modération ! Puis nous partons en ballade sur une colline, pour effectuer une série d’étirements sous la houlette d’une instructrice de yoga. Normalement, nous devrions voir le spectacle du mont Fuji, mais malheureusement celui-ci a décidé de se cacher derrière les nuages…

Retour en salle pour une journée de méditation alternant séances d’Arigato Zen selon le même modèle que la veille, exercices de yoga, massages Qi Quong, pauses « thé » et discussions.  Je peux même parler en français avec un des participants qui a vécu quelques années dans l’hexagone et parle parfaitement notre langue, sinon c’est en anglais ou en balbutiements de japonais, gentiment corrigé par Yoko ! Chacun des participants est particulièrement attentif aux autres, et c’est un vrai plaisir de partager ce moment ensemble.

 Un verre de jus de légumes et plusieurs verres d’ « enzymes » viendront compléter notre hydratation et nutrition relative. Les enzymes proviennent de la fermentation d’herbes sauvages récoltées par Soho Machida lui-même  dans l’île d’Hokkaido, l’île principale la plus au Nord du Japon.

 

IMG_5447

IMG_5475

Une sortie nous permettra de nous dégourdir les jambes tout en allant faire sonner une grande cloche sensée résonner jusqu’au mont Fuji, puis nous ferons des exercices de calligraphie en recopiant le sutra du coeur et en terminant par l’écriture d’une « prière-souhait personnel » pour laquelle Soho Machida priera avant de brûler le manuscrit réalisé avec tant de mal !

 

IMG_5517-2

Lors des méditations Arigato Zen de l’après-midi, Chisato Sakai a accompagné nos chants en jouant sur ses bols de cristal, produisant une musique qui prend aux tripes et décuple la puissance des vibrations et de la méditation. Instants magiques ! A chaque série d’Arigato Zen, Soho Machida nous demande de penser à un thème bien précis : notre famille, nos amis, nous-mêmes, notre pays, etc. Certains participants semblent vivre des sentiments très profonds, alors que personnellement ma pensée a très vite du mal à se fixer sur autre chose que l’air, le vent, qui circule dans mon corps au rythme de la respiration profonde. Et ça fait du bien !

Voir la Vidéo Arigato Zen et Bol de Cristal

 Le dimanche matin, dès 6 heures, nous nous retrouvons à nouveau en salle pour effectuer des mouvements de yoga et des séances d’Arigato Zen, avant d’aller vers… la salle à manger !

IMG_5558

Là, c’est l’extase devant le bol rempli de légumes crus : carottes, tomate, chou, concombre, radis chinois ! Mais on doit commencer par 5 bols de bouillon d’eau chaude et radis chinois dans lequel on écrase des prunes acides, avant de déguster les légumes assaisonnés de miso. L’effet ne se fait pas attendre longtemps, et très vite les participants se dirigent vers les toilettes pour une purge totale des intestins et de l’estomac. Tout cela se fait dans les rires, les applaudissements et la bonne humeur !

 Une fois bien purifiés, nous pouvons aller vers un magnifique onsen à flanc de colline pour un bain chaud revigorant, avec vue sur le mont Fuji, ou plutôt vue sur les nuages qui cachent le mont Fuji !

IMG_5491-2

Soho Machida

Avant de nous quitter, chacun racontera brièvement la façon dont il a vécu ces 3 jours et le bénéfice qu’il en a tiré. Instants d’émotion, de pleurs et de rires partagés. En dehors des bénéfices tangibles tels que la perte de poids (2 ou 3 kg !) et la  maîtrise de ma respiration, j’en retire une réelle sensation de bien-être du corps et de l’esprit. Ce qui m'étonne le plus, c'est finalement d'avoir réussi à ne pas avoir faim durant ces 3 jours, grâce à un emploi du temps et de l'esprit bien chargés! Je suis par ailleurs heureux d’avoir été le premier participant occidental à une telle session de jeûne Soho Zen au Japon, et j’espère bien pouvoir réitérer une telle expérience, au Japon ou en France !

Le mont Fuji est resté caché derrière les nuages pendant ces 3 jours, mais il nous a fait un clin d’œil le jour où nous avons quitté le Japon en se montrant sous son plus beau jour au travers du hublot de l’avion !

IMG_6624

Oriibu

PS: Cet article a été écrit pour http://sohozen.canalblog.com/